"Les fanatismes parallèles de La guerra del fin del mundo"

Research output: Contribution to journalArticle

20 Downloads (Pure)

Abstract

On ne peut pas rester indifférents lorsqu’un écrivain prolifique nous signale la création qu’il juge la plus significative à ce jour dans son œuvre. Son choix nous révèle, notamment, sa prédilection pour certains thèmes et genres narratifs, ainsi que les objectifs qui motivent l’écriture du livre. Prenons pour exemple
l’entretien que Mario Vargas Llosa a accordé au journaliste brésilien Ricardo Setti en 1988, au cours duquel l’auteur reconnaît que, à ce jour, « La guerra del fin del mundo [es] su libro más importante » (The Paris Review 243). Écrire le roman a représenté un défi de quatre ans, pendant lesquels il a travaillé entre
dix et douze heures par jour, faisant face à une quantité de matériel vertigineuse (243-244). Il raconte :
Original languageFrench
Pages (from-to)116-135
Number of pages20
JournalLes Ateliers du Séminaire Amérique Latine
Volume10
Publication statusPublished - 2017

Bibliographical note

All the contents published in this magazine are protected under a Creative Commons license. CC-BY-NC-ND

Cite this